#MercrediFiction

Luc Didry
cc-0

Epub

mercredi 16 mai 2018 22:32:54

« Bonjour toi… »
« Mmh… Salut mon beau. » lui répondit-elle en s’étirant.
— Bien dormi ?
— Comme une souche !
— On dirait bien : le soleil se couche et tu te réveilles à peine.
— On n’a pas beaucoup dormi cette nuit je te signale…
— Pas faux !
Les deux amants se regardèrent avec un petit rire.
— Tiens, c’est un peu tard, mais voilà ton petit déjeuner !
La jeune fille prit la tasse.
— Du café ?
— Nooon voyons, je sais bien ce que tu aimes.
Elle avala d’un trait le liquide tiède et épais.
— Mmh, du O négatif, tu me gâtes mon amour !
— Rien n’est trop bon pour toi ma chérie.
Ça n’était pas simple de voler des poches de sang à l’hôpital où il travaillait, mais son amour de vampire le valait bien.

Source

mercredi 9 mai 2018 09:55:09

Il était une fois, sur une planète fort lointaine…
— Les imbéciles ! La planète va exploser et ils ne veulent rien entendre !
— Tu n’as donc pas réussi à convaincre le conseil ?
— Malheureusement non… Tu sais ce qu’il nous reste à faire.
— Envoyer notre enfant vers une autre planète ? Non !
— C’est le seul moyen pour qu’il survive, tu le sais bien.
— Mais… Il est si jeune…— Tout ira bien pour lui. Le soleil jaune de cette planète lui donnera des pouvoirs qui feront de lui un dieu pour ses habitants.
— Mais…
— J’ai tout prévu : l’ordinateur lui enseignera tout ce qui est nécessaire pendant le voyage, et une fois sur terre, le maintiendra dans un sommeil artificiel jusqu’à ce qu’il soit adulte.
— …Soit.

Plaçant le couffin dans le vaisseau spatial, sa mère l’embrassa tendrement en murmurant « Adieu mon petit Cthulhu… ».

Source

mercredi 2 mai 2018 22:01:33

— Vous êtes prêts mes louloutes ?
— Chef, oui, chef !
— J'ai rien entendu !
— CHEF, OUI, CHEF !
— Voilà qui est mieux… Bon, vous vous rappelez cette opération dans ce vieil hôtel à Budapest ? On va utiliser la même stratégie. Team alpha, vous attaquez par le rez-de-chaussée, team delta, vous passez par le toit. Vous me nettoyez la zone, jonction au 3ème. Compris ?
— CHEF, OUI, CHEF !
— Alors, go, go go !

Depuis la paix mondiale, il avait bien fallu recycler les militaires…

Source

mercredi 25 avril 2018 20:29:41

— Tiens, voilà ce qu'il te faut pour bosser. Mais c'est pas un peu tard pour commencer à travailler ? Tu préfères pas commencer demain ?
— Hors de question ! Tu sais que j'ai horreur de ne pas respecter les délais.
— Boh, moi, ce que j'en disais, hein…
— Et puis regarde cet appareil : c'est un accélérateur personnel. Je l'enclenche et je vais 50 fois plus vite.
— Du coup, ça te fait vieillir 50 fois plus vite aussi ? C'est pour ça que t'as pris un coup de vieux ?

Source

vendredi 20 avril 2018 23:44:14

— Regarde ! J'ai inventé une machine à procrastination !
— Encore ? Tu vas pas me faire perdre mon temps comme la dernière fois, j'espère.
— Non non, promis. Regarde, j'appuie là, et au bout d'un nombre de jours aléatoire, ça sonne pour me dire que je peux commencer à bosser.
— Tu crois pas que tu devrais arrêter avec tes inventions à la con ? Ça commence à être lassant à la fin.

Source

mercredi 11 avril 2018 23:57:46

Isidore regarda son reflet dans le miroir. Quelques cernes, mais plutôt pas mal.
Mais… mais… c'était peut-être l'alcool de la fête de la veille qui agissait encore, mais il lui semblait que son reflet avait une seconde de décalage.
— Désolé mec, avec ce que t'as bu hier, moi j'arrive pas à suivre. D'ailleurs tu ferais bien de ralentir, mon médecin m'a dit qu'il faudrait que je surveille ton foie.

Source

mercredi 4 avril 2018 21:00:44

Le président tenait bon, malgré les gréves. Il n’allait quand même laisser ces gueux se mettre en travers de sa route !
Les charges de CRS ne calmaient pas les ardeurs des mécontents, loin de là.

Les cheminot·e·s et les étudiant·e·s avaient été rejoint·e·s par les éboueu·r·se·s, les enseignant·e·s, le personnel hospitalier…

Tout prit fin quand les ouvrier·e·s de l’usine Père Dodu se joignirent à eux : le président capitula de suite, de crainte de manquer de cordons bleus.

Source

jeudi 29 mars 2018 23:30:50

« Et voilà ! J’y ai passé la nuit, mais j’ai patché tous nos Drupal. »
L’informaticien referma l’écran de son portable, heureux du devoir accompli. L’aube pointait, mais lui allait s’écrouler dans son lit.
Lorsqu’il émergea 24 heures plus tard et sortit faire des courses pour combler sa faim et refaire son stock de café, les rues étaient désertes, de même que la boulangerie, la supérette, la pharmacie…
« Mais où sont-ils tous passés ? » s’interrogea-t-il.
Son smartphone ne captait aucun réseau, impossible pour lui de se renseigner. Un vent glacé le fit frissoner.
Il parcourut le monde pendant des années à la recherche d’autres êtres humains rescapés de cette fameuse nuit, mais en vain.
Au bout de 10 ans, il se rendit à l’évidence : il était le dernier humain sur terre.
« Bon », se dit’il, « On peut au moins y voir quelques avantages : plus d’imbéciles qui klaxonnent pour un oui ou pour un non, plus de racisme… et plus de failles Drupal à patcher la nuit ! »

Source

jeudi 22 mars 2018 16:33:39

— Monsieur. Monsieur ! Ça va ?
— Hein ? Quoi ?
— Ok, c'est bon les gars, il est réveillé. Monsieur, votre fille vous a retrouvé évanoui ce matin et elle nous a appelé. De quoi vous souvenez-vous ?
— Hier soir… je me suis installé à mon bureau… j'ai voulu faire la correction grammaticale et orthographique du rapport de mes étudiants… et puis… le trou noir.
— Un classique. On voit ça de plus en plus souvent chez les profs. J'espère que vous n'aviez rien d'urgent à faire hier soir.

Source

mercredi 14 mars 2018 19:21:43

— Venez vite Docteure, il s'est réveillé !
— Me voici. Comment vous sentez-vous ? Non, non, n'essayez pas de vous redresser, vous êtes encore faible, c'est normal.
— Pourquoi ?
— Vous venez de passer 5 ans dans le coma.
— 5 ans, oui, à la suite d'un accident de la route. Sincèrement, on croyait que vous ne vous réveilleriez jamais.
— J'ai de drôles de souvenirs. Toute une autre vie…
— C'est normal : afin de stimuler votre cerveau pour vous aider à revenir du coma, nous vous avons placé dans un univers simulé. Un peu comme un rêve artificiel. Ne vous inquiétez pas, ces souvenirs s'estomperont bientôt.
— Et… et ma femme ?
— Ne vous inquiétez pas, nous allons la prévenir de suite. Tranquillisez-vous, tout ira bien maintenant M.Hawking.

Source

Page suivante ⇒