#MercrediFiction

Luc Didry
cc-0

Epub

mercredi 10 octobre 2018 17:24:09

— Tu connais cette légende urbaine du gars qui a détourné les demi centimes d'arrondis de feuilles de paye ?
— Ha ha, oui, ça avait été repris dans un film de Superman !
— Bah moi je fais la même chose avec cette machine, mais avec le temps.
— Pardon ?
— Chaque fois que quelqu’un perd du temps, au boulot, dans une file d’attente… moi je le récupère ! Du coup, je ne peux jamais être en retard, j’ai toujours le temps 😁

Source

vendredi 28 septembre 2018 12:42:41

— À quoi bon raconter des histoires ? Tout a déjà été dit, écrit, filmé, raconté. On ne fait que ressasser encore et toujours les mêmes choses.
— Pour la même raison qu’on fait des gâteaux : parce que c’est bon.
— …
— Tu veux un gâteau à la myrtille ?

Source

mercredi 19 septembre 2018 19:16:00

La petite auberge ne payait pas de mine, mais ne désemplissait jamais. On venait de loin pour y manger, et on y trouvait toujours une place malgré la fréquentation. Si la cuisine était simple, celle-ci était toujours servie avec le sourire. Les menus variaient au gré des cuisiniers qui se relayaient et de leurs envies du moment. Assemblage hétéroclite, que ceux qui la tenaient ! Un des cuistots changeait de couleur de cheveux tous les 15 jours, l'autre bricolait des bidules électroniques pour touiller automatiquement la soupe, le serveur était toujours en train d'écrire son roman dans un cahier qu'il ne lâchait que pour prendre les commandes… Quant au patron, qui courait partout, il avouait facilement que par rapport à son travail précédent, celui-ci était tout de même plus reposant. Les légumes venaient du jardin en permaculture derrière l'auberge, amoureusement tenu par un ariégeois taiseux, la bière était brassée dans une dépendance.

Bref, il faisait bon vivre, à l'auberge du pinchot volant.

Source

mercredi 12 septembre 2018 21:03:46

— J'adore les jeux SM.
— Ah oui ? 😍 Qu'est-ce que tu préfères ? 😏
— Oh, sans doute comme tout le monde, celui que j'ai découvert quand j'avais 10 ans.
— 😲 ?
— Pourquoi tu fais cette tête là ? Tu n'aimes pas les lagomorphes hyperactifs ?

Source

mercredi 12 septembre 2018 09:55:19

— Patron ! Encore un ! Une femme cette fois.
— Bordel ! C’est le cinquième meurtre depuis le début du mois ! Toujours en plein Châtelet – Les Halles ?
— Toujours, oui…
— Pas de témoins ?
— Si, mais à prendre avec des pincettes : le gars dit qu’il a vu un monstre avec des cornes.
— Bon, trouve-moi un plan de Châtelet, on va ratisser la gare, encore une fois. Et pas un plan pour touriste ! Cherche-moi les plans d’architecture, il y a peut-être des recoins non répertoriés.

— Voilà chef ! Le service des archives de la ville vient de nous l’envoyer.
— Voyons ça… Raah, quel labyrinthe, c’est infernal ! Mais ? T’es sûr que c’est le bon ? C’est pas le bon nom.
— Oui, oui, chef : l’architecte originel voulait donner son nom à la gare, mais ça a été refusé.
— Je comprends, ça aurait fait bizarre, « Châtelet – Dédale »…

Source

lundi 3 septembre 2018 11:16:07

— Dis donc… T'as toujours rien fait mercredi.
— Bah…
— Encore ton imagination ?
— Bah oui. Elle m’a présenté un arrêt de travail pour maladie. Tu voulais que je fasse quoi ? J'allais quand même pas la faire bosser quand même !

Source

jeudi 23 août 2018 13:16:24

— Mais ? T’as encore rien fait hier ?
— C'est toujours la faute à mon imagination. Maintenant qu'elle a obtenu les jours fériés, son syndicat l'a encouragée à exiger des congés payés.
— Ben dis donc… j'espère que ça va pas te poser trop de problèmes.
— T'inquiète, comme elle est loin de bosser à plein temps, j'ai réussi à limiter les dégâts : elle n'a qu'un seul jour de congé par an.

Source

jeudi 16 août 2018 09:40:39

— Bah alors ? T’as rien fait hier ?
— Plains-toi à mon imagination. Elle a fait valoir ses droits : elle ne veut pas travailler les jours fériés. Et elle m’a menacé d’une grève illimitée et sans préavis si j’essayais de la forcer.
— …
— Elle a même pris sa carte à la CNT, j’ai pas fait le malin et je lui ai foutu la paix.

Source

mercredi 8 août 2018 22:13:06

Son plan était parfait. Plaçant ses hommes dans les différentes strates du pouvoir au fil des années, il avait mis à exécution son dessein machiavélique.
Son seul défaut était le temps considérable que cela prendrait, mais d'ici soixante ans, l’ordre économique mondial devrait s’effondrer, les rapports de force, s’inverser et le capitalisme, sombrer.
Tout ses machinations tenaient en un seul mot, magnifique entre tous : « Éducation ».

Source

mercredi 1 août 2018 22:01:15

Lors du grand effondrement et des massacres qui en résultèrent, les riches ne s’étaient pas enfuis sur des îles artificielles.
Non, ils avaient préféré se terrer sous terre, dans de gigantesques villes souterraines, qui les préservaient à la fois du réchauffement climatique et de la fureur de ceux qu’ils dominaient autrefois.

Mais vivre en espace clos comportait toujours des risques. Aussi inventèrent-ils des histoires effrayantes sur le peuple vivant dehors pour couper toute envie à leurs enfants de s’aventurer hors de la sécurité de leurs bunkers souterrains.

Ils ne savaient pas que leurs caches avaient été repérés et que l’attaque était imminente… Celle-ci eut lieu la nuit et resta dans la mémoire des survivants des sous-sols comme la nuit des Hors-vivants.

Source

⇐ Page précédente

Page suivante ⇒