#MercrediFiction

Luc Didry
cc-0

Epub

samedi 14 juillet 2018 18:15:33

— Dis pépé, c’était comment avant, quand t’étais jeune ?
— Ah, les enfants, c’était pas drôle cette époque… Les gens étaient toujours pressés, couraient tout le temps pour être à l’heure, achetaient toujours plus de choses.
— Ils ne se contentaient pas de ce qu’ils avaient ?
— Eh non. Pire encore, ceux qui avaient le plus de choses en voulaient encore plus que tous les autres réunis ! Toujours plus, toujours plus vite.
— Comment ça s’est arrêté ?
— Il paraît que quelques personnes se sont rebellés. Ils ont commencé à rendre leur travail en retard, ils n’arrivaient plus à l’heure au travail. Bref, ils prenaient leur temps.
— Comme aujourd’hui ?
— Pas autant non, mais ce n’était que le début. Les « ralentisseurs », comme on les appelait alors, étaient plus calmes, plus heureux, et en meilleur santé. Lorsque le mouvement prit de l’ampleur, tout le monde se rendit compte qu’on ne s’en portait pas plus mal, au contraire.
Libérés du culte de l’immédiateté, les gens commencèrent à voir que leur désir de toujours plus n’avait pas besoin d’être assouvi tout de suite… et grâce à ce temps de réflexion, qu’ils n’avaient pas vraiment envie de tout.
— Ça s’est passé rapidement ?
— Oh non, les plus riches n’ont pas voulu se laisser faire, et ont voulu faire respecter leurs cadences infernales.
Heureusement, les personnes qu’ils employèrent pour remplacer les ralentisseurs qu’ils avaient virés prenaient aussi leur temps. Et comme de toute façon, ils vendaient de moins en moins de produits, ils ont fini par ralentir le rythme des usines.
— Et toi, tu étais un ralentisseur aussi ?
— Ma foi, je dois dire en toute modestie que j’ai fait ma part, oui. Il paraît même qu’on veut me donner une médaille pour ça. Je l’attends depuis plus de 10 ans, mais je ne suis pas pressé, ils finiront bien par la fabriquer. Et puis ce n’est pas très grave. Qu’est-ce que je ferais d’une médaille de toute façon ?

Source

mercredi 4 juillet 2018 23:10:59

— Maman, t'es trop belle ! Aussi belle que le soleil !
— Oh, merci mon cœur… toi aussi tu es très belle. Aussi belle qu'une reine ! Allez Himiko, maintenant, va jouer avec tes petits camarades, moi je vais discuter avec leurs mamans.
— Vous avez bien de la chance d'avoir une fille aussi gentille et mignonne, madame Amaterasu.

Source

mercredi 27 juin 2018 22:49:03

— Viens voir, vite !
— Qu'est-ce que tu as encore inventé ?
— Rien, enfin presque… Tu sais que je me suis mis à brasser ma propre bière ?
— Oui, et ?
— Regarde ce qu'il se passe quand j’en bois. *glouglou*
— Tes cheveux… ils sont devenus vert !
— Et ?
— Mais… quand tu parles, ça fait comme des bulles de savon !
— Marrant, non ?
— Pas mal, oui. Tu t’en tires bien : je t’avais bien dit qu’il y aurait des risques, de brasser au milieu de ton labo de chimie…

Source

jeudi 21 juin 2018 21:58:41

— Ah, vous voilà !
— Faut pas paniquer mon p’tit monsieur. Alors, c’est quoi votre souci ?
— Je n’arrive plus à envoyer de messages dans le passé !
— Voyons voir ça… Ah bah il est pas compliqué votre problème ! Vos tuyaux sont bouchés, les tachyons peuvent plus passer. Vous auriez pas envoyé trop de messages d’un coup par hasard ?
— Ben…
— C’est toujours la même chose avec ceux qui viennent d’acheter le système ! On lit pas la notice, on est tout feu tout flamme et on bouche la plomberie.
— Désolé.
— Allez, c’est rien, ça sera vite réglé. Par contre, je vous préviens, ça peut être dangereux, on va faire ressortir un tsunami de particules temporelles.
— C’est dangereux ?
— Non, mais vous aurez des décalages temporels dans votre appartement pendant quelques jours.
— Ok, allez-y.
*le plombier temporel sort sa ventouse quantique et débouche l’appareil*
— Et voilà ! Tenez, voilà la petite note.
— Tout ça !
— Eh oui mon p’tit monsieur, s’il y a bien une constante à travers les âges, c’est les tarifs de dépannage d’urgence des artisans !

Source

mercredi 13 juin 2018 21:37:29

Cela faisait maintenant plus de deux semaines qu'une grande partie des habitants de la planète ne rêvait plus. Étonnamment, uniquement des personnes du continent européen. Les médecins n'y comprenaient rien.

Le règlement général sur la protection des données avait eu un effet non prévu : Morphée n'avait pas envie de s'embêter à recueillir le consentement des européen·ne·s et leur interdisait tout simplement l'accès à ses services.

Source

mercredi 6 juin 2018 11:42:53

— Bienvenue au paradis ! Vous trouverez les usines high-tech au fond à gauche, des volcans de bière un peu partout et une usine de stripteaseurs et stripteaseuses au choix selon vos goûts.
— …Vous êtes sûr ? Je ne crois pas en Dieu, et quand bien même, ça ne ressemble pas à ce que les croyants en disent.
— Vous avez bien téléchargé en peer-to-peer à peu près un tébioctet de films, séries, musique par an depuis vos 15 ans ?
— …Oui ?
— Vous êtes donc considéré comme un pirate ?
— Oui.
— Vous êtes donc béni par le Monstre en spaghetti volant, vous faites partie des élus !
— Vous voulez dire que…
— Oui, la seule vraie religion est le pastafarisme.

Source

mercredi 30 mai 2018 19:31:54

— Salut Camille ! Alors, ça avance ta simulation informatique ?
— Bof, pas top… Non seulement ils ont réussi à pourrir leur monde, mais en plus ils commencent à se douter qu'ils ne sont pas dans un monde réel.
— Ah ouais ?
— Ça a surtout commencé il y a 19 de leurs années, avec un film appelé « Matrix ». J'ai bien cru qu'ils allaient comprendre !
— Comment t’as géré ?
— J'ai risqué le tout pour le tout : je les ai inondés de théories du complot, mélangeant le faux au vrai. Ça les a calmés, mais maintenant il croient que leur terre est plate !
— Il sont un peu cons quand même, non ?

Source

lundi 28 mai 2018 21:34:41

— Regarde ce que j'ai trouvé ! Une abeille emprisonnée dans de l’ambre.
— Et ?
— C’est une reine, j’ai déjà récupéré ses œufs, nous allons pouvoir faire revivre les abeilles !
— C'est bien gentil, mais tu sais bien qu’il n'y a plus de plantes depuis longtemps. Quelques années après le déclin des abeilles d’ailleurs.
— C'est bien pour ça que je vais les envoyer dans le passé, après les avoir dopées pour qu’elles survivent à ce qui les a tuées à l’époque.
— Tu vas les faire revenir à quelle époque ?
— Le 23 mai 2018, peu de temps avant le déclin final.
— Si seulement nos ancêtres n’avaient pas été aussi stupides !

Source

mercredi 16 mai 2018 22:32:54

« Bonjour toi… »
« Mmh… Salut mon beau. » lui répondit-elle en s’étirant.
— Bien dormi ?
— Comme une souche !
— On dirait bien : le soleil se couche et tu te réveilles à peine.
— On n’a pas beaucoup dormi cette nuit je te signale…
— Pas faux !
Les deux amants se regardèrent avec un petit rire.
— Tiens, c’est un peu tard, mais voilà ton petit déjeuner !
La jeune fille prit la tasse.
— Du café ?
— Nooon voyons, je sais bien ce que tu aimes.
Elle avala d’un trait le liquide tiède et épais.
— Mmh, du O négatif, tu me gâtes mon amour !
— Rien n’est trop bon pour toi ma chérie.
Ça n’était pas simple de voler des poches de sang à l’hôpital où il travaillait, mais son amour de vampire le valait bien.

Source

mercredi 9 mai 2018 09:55:09

Il était une fois, sur une planète fort lointaine…
— Les imbéciles ! La planète va exploser et ils ne veulent rien entendre !
— Tu n’as donc pas réussi à convaincre le conseil ?
— Malheureusement non… Tu sais ce qu’il nous reste à faire.
— Envoyer notre enfant vers une autre planète ? Non !
— C’est le seul moyen pour qu’il survive, tu le sais bien.
— Mais… Il est si jeune…— Tout ira bien pour lui. Le soleil jaune de cette planète lui donnera des pouvoirs qui feront de lui un dieu pour ses habitants.
— Mais…
— J’ai tout prévu : l’ordinateur lui enseignera tout ce qui est nécessaire pendant le voyage, et une fois sur terre, le maintiendra dans un sommeil artificiel jusqu’à ce qu’il soit adulte.
— …Soit.

Plaçant le couffin dans le vaisseau spatial, sa mère l’embrassa tendrement en murmurant « Adieu mon petit Cthulhu… ».

Source

⇐ Page précédente

Page suivante ⇒