#MercrediFiction

Luc Didry
cc-0

Epub

jeudi 16 août 2018 09:40:39

— Bah alors ? T’as rien fait hier ?
— Plains-toi à mon imagination. Elle a fait valoir ses droits : elle ne veut pas travailler les jours fériés. Et elle m’a menacé d’une grève illimitée et sans préavis si j’essayais de la forcer.
— …
— Elle a même pris sa carte à la CNT, j’ai pas fait le malin et je lui ai foutu la paix.

Source

mercredi 8 août 2018 22:13:06

Son plan était parfait. Plaçant ses hommes dans les différentes strates du pouvoir au fil des années, il avait mis à exécution son dessein machiavélique.
Son seul défaut était le temps considérable que cela prendrait, mais d'ici soixante ans, l’ordre économique mondial devrait s’effondrer, les rapports de force, s’inverser et le capitalisme, sombrer.
Tout ses machinations tenaient en un seul mot, magnifique entre tous : « Éducation ».

Source

mercredi 1 août 2018 22:01:15

Lors du grand effondrement et des massacres qui en résultèrent, les riches ne s’étaient pas enfuis sur des îles artificielles.
Non, ils avaient préféré se terrer sous terre, dans de gigantesques villes souterraines, qui les préservaient à la fois du réchauffement climatique et de la fureur de ceux qu’ils dominaient autrefois.

Mais vivre en espace clos comportait toujours des risques. Aussi inventèrent-ils des histoires effrayantes sur le peuple vivant dehors pour couper toute envie à leurs enfants de s’aventurer hors de la sécurité de leurs bunkers souterrains.

Ils ne savaient pas que leurs caches avaient été repérés et que l’attaque était imminente… Celle-ci eut lieu la nuit et resta dans la mémoire des survivants des sous-sols comme la nuit des Hors-vivants.

Source

mercredi 25 juillet 2018 23:57:55

Les espaces boisés diminuaient régulièrement, les éclairages publics, toujours plus nombreux, dispersaient les ténèbres toujours un peu plus chaque jour.
Fait unique dans leur histoire, les Choses de la nuit, qui voyaient leur espace se réduire comme peau de chagrin, tinrent un grand conseil les réunissant tous, de la plus petite fée au roi de l’Ombre, en passant par le plus pitoyable hobgoblin.
Après moult propositions, il fut voté un grand exil.

Les Choses de la nuit iraient se réfugier au sein même des songes des humains. Elles iraient de nouveau instiller la peur du noir au cœur de ceux qui avaient tout fait pour oublier les temps anciens où leurs enfants étaient remplacés par des changelings, où s'éloigner du sentier équivalait souvent à perdre la vie et où la moindre ombre abritait toutes sortes de créatures.
Était-ce une bonne solution ? Fut-elle efficace ? Ma foi… de quand date la dernière fois où vous avez craint une présence dans votre chambre, où vous avez frissonné au détour d’une ruelle sombre ?

Source

mercredi 18 juillet 2018 23:30:50

Ce nouveau corps était parfait : silencieux, agile, pourvu de griffes acérées, vision nocturne… Le corps parfait pour un prédateur tel que lui. Lui qui ne croyait en aucun dieu avait été gâté par la réincarnation ! Lui qui croyait que ses meurtres sanguinaires s’arrêteraient avec sa vie sur la chaise électrique.
Il s’approcha du lit de sa prochaine victime, se pencha vers elle…
— Aïe, merde !
— Qu’est-ce qu’il y a ?
— C’est encore ce con de chat qui m’a griffé !

Source

samedi 14 juillet 2018 18:15:33

— Dis pépé, c’était comment avant, quand t’étais jeune ?
— Ah, les enfants, c’était pas drôle cette époque… Les gens étaient toujours pressés, couraient tout le temps pour être à l’heure, achetaient toujours plus de choses.
— Ils ne se contentaient pas de ce qu’ils avaient ?
— Eh non. Pire encore, ceux qui avaient le plus de choses en voulaient encore plus que tous les autres réunis ! Toujours plus, toujours plus vite.
— Comment ça s’est arrêté ?
— Il paraît que quelques personnes se sont rebellés. Ils ont commencé à rendre leur travail en retard, ils n’arrivaient plus à l’heure au travail. Bref, ils prenaient leur temps.
— Comme aujourd’hui ?
— Pas autant non, mais ce n’était que le début. Les « ralentisseurs », comme on les appelait alors, étaient plus calmes, plus heureux, et en meilleur santé. Lorsque le mouvement prit de l’ampleur, tout le monde se rendit compte qu’on ne s’en portait pas plus mal, au contraire.
Libérés du culte de l’immédiateté, les gens commencèrent à voir que leur désir de toujours plus n’avait pas besoin d’être assouvi tout de suite… et grâce à ce temps de réflexion, qu’ils n’avaient pas vraiment envie de tout.
— Ça s’est passé rapidement ?
— Oh non, les plus riches n’ont pas voulu se laisser faire, et ont voulu faire respecter leurs cadences infernales.
Heureusement, les personnes qu’ils employèrent pour remplacer les ralentisseurs qu’ils avaient virés prenaient aussi leur temps. Et comme de toute façon, ils vendaient de moins en moins de produits, ils ont fini par ralentir le rythme des usines.
— Et toi, tu étais un ralentisseur aussi ?
— Ma foi, je dois dire en toute modestie que j’ai fait ma part, oui. Il paraît même qu’on veut me donner une médaille pour ça. Je l’attends depuis plus de 10 ans, mais je ne suis pas pressé, ils finiront bien par la fabriquer. Et puis ce n’est pas très grave. Qu’est-ce que je ferais d’une médaille de toute façon ?

Source

mercredi 4 juillet 2018 23:10:59

— Maman, t'es trop belle ! Aussi belle que le soleil !
— Oh, merci mon cœur… toi aussi tu es très belle. Aussi belle qu'une reine ! Allez Himiko, maintenant, va jouer avec tes petits camarades, moi je vais discuter avec leurs mamans.
— Vous avez bien de la chance d'avoir une fille aussi gentille et mignonne, madame Amaterasu.

Source

mercredi 27 juin 2018 22:49:03

— Viens voir, vite !
— Qu'est-ce que tu as encore inventé ?
— Rien, enfin presque… Tu sais que je me suis mis à brasser ma propre bière ?
— Oui, et ?
— Regarde ce qu'il se passe quand j’en bois. *glouglou*
— Tes cheveux… ils sont devenus vert !
— Et ?
— Mais… quand tu parles, ça fait comme des bulles de savon !
— Marrant, non ?
— Pas mal, oui. Tu t’en tires bien : je t’avais bien dit qu’il y aurait des risques, de brasser au milieu de ton labo de chimie…

Source

jeudi 21 juin 2018 21:58:41

— Ah, vous voilà !
— Faut pas paniquer mon p’tit monsieur. Alors, c’est quoi votre souci ?
— Je n’arrive plus à envoyer de messages dans le passé !
— Voyons voir ça… Ah bah il est pas compliqué votre problème ! Vos tuyaux sont bouchés, les tachyons peuvent plus passer. Vous auriez pas envoyé trop de messages d’un coup par hasard ?
— Ben…
— C’est toujours la même chose avec ceux qui viennent d’acheter le système ! On lit pas la notice, on est tout feu tout flamme et on bouche la plomberie.
— Désolé.
— Allez, c’est rien, ça sera vite réglé. Par contre, je vous préviens, ça peut être dangereux, on va faire ressortir un tsunami de particules temporelles.
— C’est dangereux ?
— Non, mais vous aurez des décalages temporels dans votre appartement pendant quelques jours.
— Ok, allez-y.
*le plombier temporel sort sa ventouse quantique et débouche l’appareil*
— Et voilà ! Tenez, voilà la petite note.
— Tout ça !
— Eh oui mon p’tit monsieur, s’il y a bien une constante à travers les âges, c’est les tarifs de dépannage d’urgence des artisans !

Source

mercredi 13 juin 2018 21:37:29

Cela faisait maintenant plus de deux semaines qu'une grande partie des habitants de la planète ne rêvait plus. Étonnamment, uniquement des personnes du continent européen. Les médecins n'y comprenaient rien.

Le règlement général sur la protection des données avait eu un effet non prévu : Morphée n'avait pas envie de s'embêter à recueillir le consentement des européen·ne·s et leur interdisait tout simplement l'accès à ses services.

Source

Page suivante ⇒